Le sweat-shirt ou la mode américaine

Une fois n'est pas coutume, nous allons parler aujourd'hui d'un vêtement "STAR", dont le succès ne se dément plus, le sweat (comme on l'appelle en France) ou plutôt le sweat-shirt.

Commençons par une définition : Le sweat-shirt, littéralement, maillot de transpiration, désigne un pull oversize sans col, à manches longues, en jersey de coton épais et molletonné. Le premier modèle, le crewneck, était un vêtement "technique", spécialement conçu pour les athlètes qui l'utilisaient durant l'entraînement (le plus souvent, avant et après). Un sweat-shirt fourni non seulement de la chaleur, mais comme son nom l'indique, possède également des propriétés absorbantes, idéales pour gérer la sudation. 

 Benjamin Russell JR, joueur de football américain, en avait marre des pulls en laines lourds qui grattent. Il porte le modèle crewneck, dont on distingue à peine le triangle caractéristique à l'encolure.

Benjamin Russell JR, joueur de football américain, en avait marre des pulls en laines lourds qui grattent. Il porte le modèle crewneck, dont on distingue à peine le triangle caractéristique à l'encolure.

Le sweat-shirt apparaît pour la première fois en 1920, en Alabama, aux Etat-Unis. On attribue sa paternité à un duo père/fils, Benjamin Russell, entrepreneur et Benjamin Russell Junior, présenté ci-dessus. Comme beaucoup de vêtements ayant rencontré du succès, le sweat répond à un besoin. Jusqu'alors les athlètes n'avaient pas d'autre alternative que de porter des pulls en laine, absolument pas adaptés à la pratique d'un sport. Junior aurait communiqué son désir d'un pull souple et léger en jersey de coton et papa aurait fait le reste. On ne saurait dire où s'arrête l'histoire et où commence la légende, car plusieurs marques ont lancé des modèles similaires au début des années 20's.

 Le triangle de crewneck est fait de deux épaisseurs de molleton, pour récupérer la sueur du cou.

Le triangle de crewneck est fait de deux épaisseurs de molleton, pour récupérer la sueur du cou.

Ce dont on est sur c'est que dès sa commercialisation, tous les sportifs universitaires et leurs camarades l'adoptent pour porter haut les couleurs de leur campus. Ce phénomène explose dans les années 50's, lorsque la marque Russell Athletic améliore ses modèles. Tout d’abord elle utilise la technique du flocage (transfère d'encre textile et colle, inventée dans les années 30's) pour personnaliser les sweats. Mais surtout, elle créer un jersey molleton plus solide, en fibres mélangées. Du coton blanc et du polyester noir, qui vont donner au sweat sa fameuse couleur gris chiné.  Devenu plus solide et moins cher à fabriquer, de nombreuses marques vont s'y mettre, mais le public reste celui des débuts, des athlètes et des universitaires. Il est difficile de toucher une large population, en dehors de son cœur de cible, quand on s'appelle maillot de transpiration ! On a connu mieux niveau marketing.

 Comment devient-on une icône de la mode ? Cheminement classique d'un vêtement ayant du succès. 

Comment devient-on une icône de la mode ? Cheminement classique d'un vêtement ayant du succès. 

Les décennies passent et rien ne bouge jusque dans les années 80's. En terme de style, cette époque mériterait un certain nombre d'articles. C'est à cette période que le sweat va dépasser les frontières des campus pour être PARTOUT. Le secret de ce succès ? Un certain culte du corps relayé par des émissions de stretching et les célébrités. Merci donc à Cindy Crawford, Georges Michael, Stallone dans Rocky, l'équipe de Fame et bien-sur Jennifer Beals dans Flashdance. Le sweat-shirt se fait court, sans manches, tombant sur les épaules, à capuche, à zip, multicolore... Il y en a pour tous les goûts, y compris ceux des rappeurs américains, qui se l'approprient et lance le style streetwear. 

Comme souvent, l’omniprésence de l'objet va lasser. Dans les années 90's, la fabrication en masse ternit son image, il se démode. Le sweat retrouvera ses lettres de noblesse dans les années 2012/13, lorsque des maisons haute-couture vont s'emparer de cet objet sportswear tombé dans l'oubli, pour en faire un vêtement chic. Kenzo, Givenchy, Lanvin, pour ne citer qu'eux. Désormais on peut trouver des sweat-shirts avec des imprimés de grande qualité, des broderies à sequins, des empiècement en cuir et à fourrure (vrai ou fausse). Depuis, il est de toutes les collections, sans être aussi envahissant que dans les années 80's. Il est passé par toutes les phases, tous les looks, toutes les catégories sociales, le sweat-shirt est devenu une icône.

Si tu veux apprendre à faire un sweat, c'est par ICI et si tu veux le personnaliser, c'est LA !


Références :

  • “L'histoire Du Sweat-Shirt : Le Vêtement Qui Revient De Loin.” Accueil, 13 Oct. 2017, mistertee.fr/blog/lhistoire-du-sweat-shirt.
  • “Mode : D'où Vient Le Sweat-Shirt ?” E-TV, www.etvonweb.be/81987-mode-dou-vient-le-sweat-shirt.

  • Maliszewski, Catherine. “Le Sweat-Shirt S'habille.” Le Figaro, 12 May 2006, www.lefigaro.fr/aumasculin/2006/05/12/03009-20060512ARTWWW90324-le_sweat_shirt_s_habille.php.

  • “Kenzo, Givenchy, Lanvin, Stella McCartney : Le Sweat Couture, Des Podiums Au Dressing.”Mode – Actu Mode, Tendance Et Haute Couture – Puretrend.com, www.puretrend.com/rubrique/shopping_r14/kenzo-givenchy-lanvin-stella-mccartney-le-sweat-couture-des-podiums-au-dressing_a79307/1.